Privilégier l’allaitement maternel pour mon bébé
13 mai, 2022 par
Privilégier l’allaitement maternel pour mon bébé
Alexandra PORTAS


    Il y a quelques semaines, les Maisons de santé Maryse Bastié et Yersin organisaient l’exposition allaitement avec l’aide de la CPTS Paris 13 et le soutien de la Mairie du 13e — Paris.

    L’occasion pour nous de vous présenter des photos et des posters de conseils sur l’allaitement maternel (biberon, sein, dispositif d'aide à l'allaitement (DAL), pipette). Mais aussi de vous permettre d’échanger avec des professionnels au sujet de l’allaitement.

    Reprenons les notions essentielles concernant l’allaitement maternel.

    En quoi consiste l’allaitement et pourquoi allaiter ?

    C’est l’un des meilleurs moyens pour nourrir son enfant au cours des 6 premiers mois de sa vie. C’est en effet ce que recommande l’Organisation Mondiale de la Santé.

    L’allaitement, c’est quand la maman nourrit son enfant grâce au lait qu’elle produit naturellement.

    Le lait maternel est l’aliment idéal pour les nourrissons.
    Sa composition est son point fort : anticorps et nutriments permettent une protection contre beaucoup de maladies infantiles.
    Il lui apporte toute l’énergie dont il a besoin pendant les 6 premiers mois de sa vie. Ensuite, il couvre la moitié voire plus de ses besoins nutritionnels au cours du second semestre de sa vie. Et un tiers pendant la deuxième année.

    C’est pourquoi l’OMS recommande un allaitement dès les premières heures après la naissance et jusqu’à leurs 6 mois de manière exclusive. C’est-à-dire sans qu’ils n’ingèrent aucun autre liquide ou aliment, ni même de l’eau.

    À partir de ses 6 mois, le nourrisson commence à consommer d’autres aliments (adaptés) en complément de l’allaitement maternel.
    Celui-ci peut durer jusqu’à deux ans, voire plus.

    Lorsqu'une maman allaite son enfant, il n'y a pas de règles en termes de fréquence ou de délai entre deux tétés. Cela dépend de chaque enfant et la maman répond à sa demande.

    Biberons, tétines et sucettes sont à éviter. En effet, ils pourraient mettre en péril votre allaitement, à cause de la confusion entre tétines et seins.

     


    Dans certains cas, les mamans peuvent avoir recours aux dispositifs d’aide à l’allaitement. C’est un système qui lui permet d'éviter l'emploi de tétines quand elle doit donner à son bébé des compléments de lait maternel exprimé, de lait artificiel, de solution de réhydratation orale (SRO), etc.



    Les SRO sont notamment utilisés en cas de diarrhées ou vomissements. L'objectif est de compenser les pertes en eau et en sels minéraux.
    Aussi, il a été montré que l’allaitement protège l’enfant de certaines pathologies (ils souffrent plus rarement de surpoids, diabète, etc. par la suite), mais aussi la maman. Les femmes qui allaitent ont moins de risque de développer un cancer du sein ou des ovaires.

    Pour résumer, l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois est bénéfique pour bébé, mais aussi pour maman.

    Quelle est la meilleure position pour allaiter ?

    Il n’y a pas une position idéale.
    Nous avons mis en évidence 7 positions pour allaiter sur l’un de nos posters.
          1. Biological nurturing : l’enfant est couché à plat ventre sur la maman, peau à peau. 
          2. Couché sur le côté : toujours peau à peau, vous êtes allongé sur le côté et bébé le long de vous.
          3. Califourchon : en position assise, vous installez votre bébé à califourchon sur vous.
          4. Ballon de rugby : en position assise, vous prenez l’enfant sous un bras, en lui maintenant bien la tête pour ne pas qu’elle bascule.
          5. Ballon de rugby jumeau : la position « ballon de rugby » est idéale quand vous avez des jumeaux. Elle vous permet de prendre un enfant sous chaque bras pour chacun de vos seins.
          6. Couchée sur le côté : une variante de la position vue plus haut consiste à mettre l’enfant sur le côté comme vous, mais dans le sens inverse (tête-bêche).
          7. Australienne : maman est allongée sur le dos et l’enfant est à genoux pour prendre le sein. Cette position conviendra à des enfants déjà un peu plus grands.

          Peu importe la position choisie, il faut prendre tout le temps nécessaire, se relâcher et laisser le bébé seul venir au sein.

          Les positions à privilégier sont celles qui proposent le ventre à ventre. En effet, cela permet d’avoir plus de contact avec le bébé. Cela à deux grands bénéfices :

          1. Stimuler la sécrétion d’ocytocine qui elle stimule la sécrétion d'une substance par les tubercules de Montgomery situés autour du mamelon. Cette substance a une odeur et un goût similaires au liquide amniotique, c’est pour cela que le nouveau-né s’oriente naturellement vers le sein. C’est elle aussi qui va permettre le réflexe d'éjection du lait.

          2. Rassurer bébé qui arrive dans ce nouveau monde grâce aux bras qui l’entourent (sensation d’être dans l’utérus), l’odeur et les voix qui lui sont familières, etc. Sur le long terme, cela permet d’avoir des enfants moins stressés.

          Aussi, il est important d’être vigilant à la prise du sein en bouche.
          Une bonne prise en bouche du sein c’est :
              • Grande ouverture de la bouche

              • Les lèvres retroussées

              • Le nez et le menton dans le sein.

                    Choisissez la position dans laquelle vous êtes le plus à l’aise.

                    Quel est le rôle du second parent dans l’allaitement ?

                    Pour un allaitement réussi, les deux parents du nouveau-né doivent être impliqués dans l’allaitement. C’est un vrai travail d’équipe.
                    D’autant plus que le second parent peut se sentir « exclu » de cette relation si particulière qu’il y a entre la maman et le bébé.

                    Le deuxième parent peut :
                    • Se promener avec bébé une fois l'allaitement terminé pour que maman se repose

                    • S'il y a d'autres enfants, s'en occuper pour permettre un allaitement serein

                    • Aider la maman à s'installer dans la meilleure position

                    • Faire du peau à peau pour renforcer les liens

                    • Faire faire le rot à bébé

                    • Passer du temps avec bébé en changeant ses couches ou en prenant des bains avec lui

                    • S'informer et échanger avec d'autres parents sur l'allaitement

                    • Etc.

                                  Agir ensemble permet de mieux appréhender l’allaitement qui parfois peut-être difficile.
                                  Découvrez notre affiche sur « Les conseils aux co-parents pour un allaitement réussi ».


                                  Dans quel cas peut-on être amené à utiliser des préparations lactées spécifiques ?

                                  Bien qu’au cours des 6 premiers mois de vie du bébé il est recommandé de privilégier l’allaitement exclusivement, il existe certains cas où vous pouvez être amené à utiliser des préparations lactées.

                                  Dans le commerce nous voyons de tout, 1er âge, 2e âge, etc. Chacun répond aux besoins du bébé en fonction de son âge. Si vous allaitez votre enfant pendant plusieurs mois, il est possible que vous ne commenciez qu’au lait de croissance.

                                  Aussi, dans certains moments de vie, bébé peut avoir besoin de lait particulier.

                                  À partir de 1 an si vous ne pouvez ou ne souhaitez plus allaiter, il existe des laits de croissances de 12 mois à 3 ans.
                                  Cette solution entraîne cependant un coût supplémentaire. Si vous n’utilisez pas de lait de croissance, préférez le lait de vache entier ou demi-écrémé afin d'assurer l'apport nutritionnel adapté à votre nourrisson.

                                  En cas de diarrhées aiguës, privilégiez du lait sans lactose pendant 5 à 7 jours avec du soluté de réhydratation (seulement pendant 4 h). Pour les bébés de plus de 3 mois, vous pouvez utiliser Diargal ©, Novalac Diarinova ©, Physiolac diarrhée ©, Nutriben sans lactose ©.

                                  En cas de dénutrition, il existe aussi des laits spécifiques comme Infratrini ©, Infrasource ©.

                                  Dans tous les cas, il est important de demander l’avis à un professionnel de santé, pédiatre ou sage-femme.


                                  Voici pour l’essentiel sur l’allaitement, pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur les sites suivants :

                                  L’assurance maladie — ameli.fr
                                  mpedia, pour des parents bien informés — mpedia.fr

                                  Découvrez l'intégralité de nos posters sur l'allaitement.