Le déconfinement : oui, mais comment ?
14 mai, 2020 par
Le déconfinement : oui, mais comment ?
Apolline ROUZE


                                Vous êtes surement déjà au courant, la première étape du déconfinement a été annoncée. Depuis le 11 mai, nous pouvons reprendre progressivement le cours de notre vie. Mais pas tout à fait normalement. Si le confinement n’est aujourd’hui plus d’actualité, la prudence est de mise, les gestes barrières sont primordiaux et les déplacements doivent rester limités, pour éviter la propagation du virus.

                                Le déconfinement : quels changements ?

                                Une liberté de circulation rétablie, mais qui reste limitée

                                Il est possible de sortir librement dans la rue sans attestation de déplacement dans un rayon de 100km.

                                L'accès aux transports en commun en Île-de-France est réservé, aux heures de pointe, aux personnes qui ont une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer. Le masque est obligatoire pour les usagers des transports en commun à partir de 11 ans.

                                La reprise d’activités, mais en respectant les gestes barrières

                                Plusieurs activités économiques reprennent progressivement : 

                                • Les lieux culturels de proximité réouvrent : bibliothèques, médiathèques, musées, dont la fréquentation n'entraîne pas de mouvement important de population.

                                • Les commerces peuvent également rouvrir, à l'exception des lieux de convivialité comme les cafés et les restaurants.

                                • L’activité dans le bâtiment et travaux publics reprend.

                                • Les écoles rouvrent progressivement.

                                De plus, la pratique individuelle du sport est autorisée sans restriction d’horaire, mais les salles de sport restent fermées, ou des séances sont possibles en extérieur, avec un maximum de 10 personnes, tout en respectant les gestes barrières.

                                Dans tous les cas, les rassemblements restent limités à des groupes de 10 personnes.

                                Toutefois, l’état d’urgence sanitaire, qui devait prendre fin le 24 mai, est reporté au 24 juillet 2020. En effet, la lutte contre la propagation de l'épidémie du coronavirus n’a pas pris fin.
                                Le déconfinement va multiplier les contacts entre les gens, notamment au travail et dans les transports. Il y aura alors un grand risque de « rebond épidémique du COVID-19 ».

                                Comment réduire la propagation du coronavirus ?

                                Appliquez les mesures de protection individuelle :

                                • les gestes barrières,

                                • la distanciation physique,

                                • le port du masque lors de vos déplacements ou si vous recevez vos proches chez vous.

                                Encore faut-il que ce soit possible pour chacun, qu’il y ait assez de matériel disponible, que les transports en commun et lieux de travail se réorganisent complètement.

                                Les bons gestes pour se protéger

                                • Lavez-vous les mains très régulièrement : à l'eau et au savon (au moins 20 secondes) ou à défaut au gel hydro-alcoolique, à chaque arrivée dans un nouveau lieu.

                                • En cas de toux ou d’éternuement, couvrez-vous ‎la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un ‎mouchoir jetable.

                                • Ne touchez pas vos yeux, votre nez ou votre bouche même lors du port du masque.

                                • Restez au moins à 2 mètres (environ 6 pieds) des autres, lors de vos déplacements ou même en comité restreint.

                                • Évitez le contact physique avec toute personne et soyez attentif au contact direct avec des personnes plus vulnérables au virus.

                                • Portez un masque, lors de vos déplacements ou même lorsque vous recevez des proches.

                                À ce sujet, la Ville de Paris distribue un masque grand public à tous ses habitants.

                                Pour en bénéficier, vous pouvez vous pré-inscrire sur le site officiel de la Ville de Paris. Ou, si des personnes n’ont pas accès à Internet, elles peuvent appeler la Mairie centrale de Paris au 39 75. 

                                Vous pourrez ensuite retirer votre masque en pharmacie. Cette remise de masque sera conditionnée par la présentation d'une contremarque obtenue après pré-inscription.

                                Cependant, les plus vulnérables sont prioritaires. Ils sont près de 25 000 habitants de plus de 70 ans dans le 13ème arrondissement. D’ailleurs, la Mairie du 13ème a déjà envoyé des masques aux personnes de plus de 70 ans, en se basant sur les inscrits aux listes électorales.

                                Voici plusieurs conseils pour utiliser le masque à bon escient :

                                • Avant de mettre un masque, se laver les mains à l'eau et au savon ;

                                • Le masque doit couvrir complètement la bouche, le nez et le menton, veillez à l’ajuster au mieux sur votre visage ;

                                • Le renouveler toutes les 4h pour garder son efficacité ;

                                • Éviter de le toucher ; 

                                • Se laver les mains à l'aide d'une solution hydroalcoolique ou à l'eau et au savon chaque fois que l'on touche un masque usagé.

                                Même lors du port du masque, respectez les gestes barrières et les distances de sécurité entre les personnes. La distanciation reste le geste le plus efficace pour vous protéger – et protéger les autres.

                                Reprenez contact avec vos soignants

                                L’épidémie du COVID-19 a eu un effet étonnant : les cabinets de médecine générale ont vu leur activité réduite de moitié.
                                Grand nombre d’entre vous ne consultent plus leur médecin, soit « pour ne pas déranger le docteur qui a autre chose à faire », soit par peur d’attraper le virus dans la salle d’attente, ou sur le trajet.

                                Mais que deviennent les pathologies chroniques pendant ce temps ? À l’heure actuelle, une grande part des décès ou d’admission aux urgences sont liées à des retards diagnostiques, des complications, des pathologies déséquilibrées. Et non uniquement au coronavirus. Ce nombre aurait pu être évité et traité à temps par une consultation chez le médecin. 

                                Aujourd’hui, la plupart des cabinets médicaux sont organisés pour recevoir séparément les patients qui ont des symptômes de COVID-19 et les autres, soit à des horaires différents soit dans des espaces différents. Lors des consultations, des règles d’hygiène rigoureuses sont respectées.

                                Les médecins généralistes se sont mis massivement à la téléconsultation, qui, sans remplacer la « vraie » consultation permet tout de même d’assurer un suivi minimum.

                                Si vous avez une pathologie chronique ou un traitement au long cours, prenez contact avec votre médecin, il verra avec vous si une consultation est nécessaire, et dans ce cas il l’organisera en toute sécurité. Le suivi des pathologies chroniques est maintenu !

                                Si vous avez un souci de santé, quel qu’il soit, n’hésitez pas non plus à consulter. 

                                N’attendez plus le dernier moment avant de consulter ! Les cabinets médicaux sont et restent ouverts.
                                Aussi, le dépistage COVID-19 peut bien sûr être réalisé en ville, en cabinet de médecine générale, par un infirmier, ou en laboratoire.

                                Plusieurs laboratoires du 13ème arrondissement fournissent des kits de dépistages COVID-19 aux médecins généralistes et infirmiers. Ceux-ci peuvent ainsi réaliser un prélèvement naso-pharyngé analysé en laboratoire et poser un diagnostic. 

                                Comment éviter le "rebond épidémique du COVID-19" ?

                                Afin d’éviter un rebond épidémique, il est nécessaire d'identifier les contacts que les personnes atteintes par le COVID ont pu avoir lorsqu’elles étaient contagieuses.

                                Lorsque vous avez un doute, pour vous ou un membre de votre entourage, contactez immédiatement votre médecin traitant. Il pourra vous rassurer ou au contraire confirmer votre doute. 
                                Il déclenchera, avec votre accord, le dispositif COVISAN pour prendre en charge à domicile les personnes infectées et leur entourage le plus vite possible. 

                                Le dispositif COVISAN comprend :

                                • Des tests de dépistage pour vous et votre entourage,

                                • Une proposition de confinement de quelques jours pour toutes les personnes testées positive,

                                • Un arrêt de travail, si nécessaire,

                                • Un port de paniers alimentaires à domicile, si nécessaire,

                                • La remise de masques et de solution hydroalcoolique,

                                • Une surveillance médicale régulière.

                                Si, dans une famille, certains sont testés positifs et d’autres négatifs, et si le logement ne permet pas un confinement séparé satisfaisant, il sera possible d’organiser le confinement à l’hôtel entièrement pris en charge.

                                Ce dispositif a été initié par le Pr Piarou de l'Hôpital de la Pitié-Salpétrière, auquel la CPTS Paris 13 s'est associée.

                                Découvrez le dispositif COVISAN - interview du Dr Falcoff, MG et président de la CPTS.

                                Les professionnels de santé sont organisés pour vous soigner chez vous.

                                En cas de symptômes ou de doute, appelez votre médecin traitant ;)

                                Protégez-vous et protégez les autres !